lundi 7 avril 2014

Mon tandem de choc






Les mousticks, comme toute fratrie qui se respecte (en tout cas toutes celles que je connais), se disputent constamment. Tout jeu dégénère en bagarre, en "Maman, il m'embête !", en cris, en pleurs.

Quand j'ai emmené le moustizèbre au MiniTour Optic 2000 samedi, il m'a dit qu'il préférait quand il faisait des sorties sans son frère. Je comprends son point de vue, le ouistiti est un petit garçon qui sait être très pénible avec son frère. Néanmoins, cela m'a fait de la peine : ce n'est pas ce que j'avais idéalisé quand j'ai eu mes deux garçons (j'ai fait preuve d'une amnésie sérieuse occultant mes relations avec mon frère à leur âge).

Ce soir, j'ai retrouvé mes loustics au square. Ils profitaient du soleil pré-orage. Quand je suis arrivée, ils couraient autour du kiosque avec d'autres enfants. En tendant l'oreille, je me rends compte que ce que j'ai pris pour un jeu de chat est en fait une bataille rangée : mes mousticks contre les deux autres enfants. Avant de mettre un terme à cette altercation, je les ai observés quelques instants et j'ai eu grand plaisir à les voir faire équipe, à s'entraider, à échafauder un plan d'attaque. C'était un duo qui fonctionnait bien !

Ce soir, je leur ai dit combien j'avais été fière de les voir former ce tandem, même dans ces conditions et eux m'ont dit combien ils étaient contents d'avoir un frère.

6 commentaires:

  1. Ca dépend des heures, quoi... ;-)

    RépondreSupprimer
  2. ça fait partie de leur équilibre :-)
    les fils de mon amie se chamaillent mais se soutiennent dans tous les moments où ils le faut ! ils sont encore petits, mais quand je vois mes cousins, qui se chamaillaient comme pas possible enfants... aujourd'hui ils sont hyper soudés !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et j'ai l'impression que leur attitude l'un envers l'autre est vraiment différente selon si l'on est là ou pas.

      Supprimer
  3. Il est touchant ce billet. Moi aussi j'ai beaucoup de peine quand mon grand me dit que sa soeur le saoule. Et puis ensuite je les vois ensemble jouer et se liguer contre les autres et comme toi je suis fière de cette complicité.

    RépondreSupprimer